Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Idée Cadeau "Derrière la visière" : le nouveau roman immergeant de Rémi Boudoul

Informations générales

-

21/11/2020

Rémi, vous avez 36 ans, vous êtes un ancien étudiant de Centrales Nantes, et maintenant vous publiez un roman sur le sport-automobile… Racontez-nous.  

En fait, c’est très simple, à l’époque où j’étais Centralien j’étais passionné par la course automobile… Et j’ai décidé de me lancer. Durant ma troisième année, j’ai eu la chance de rencontrer Guillaume Moreau, que je remercie encore. Il dirigeait l’unité d’informatique de l’Ecole, et il venait aussi de créer une option « projet personnel ». Moi, j’étais vraiment jeune et je ne comprenais pas grand-chose à la vie. J’ai choisi cette option, et j’ai foncé. Je me suis lancé à corps perdu dans mon projet qui était de réunir des fonds pour participer à une saison de compétition. C’était très intéressant et excitant, je me souviens qu’il y avait un autre étudiant dont le projet était de participer à la coupe de France de robotique. Il y avait aussi un projet humanitaire pour construire un réseau d’eau dans un pays d’Afrique, si je ne dis pas de bêtises. On se réunissait chaque mardi, et on faisait le point sur l’avancée respective de nos projets et sur les jalons à mettre en place pour réaliser nos objectifs.

Quand vous dites « vous avez décidé de vous lancer », cela s’est fait comment ? Ça n’a pas dû se faire par hasard ? 

Non en effet je faisais déjà du karting en compétition, je me souviens même que j’entreposais le kart dans un local de l’Ecole, juste à côté de la résidence. Il y avait là toute sorte de matériel, des micros, des amplis, des coques de bateau, et même d’anciens karts dont plus personne ne s’occupait. Personne ne savait d’ailleurs à qui ils appartenaient. On avait réussi à les retaper, et on avait relancé le club karting : on faisait de temps en temps des sorties sur le petit circuit d’Ancenis avec les copains de l’Ecole. Dans le même temps je continuais les compétitions, mais je rêvais de piloter des voitures.

Et donc… cela s’est fait ? 

Oui ! J’ai participé à l’Autosport Academy, une école de pilotes basée au Mans : nous étions beaucoup de français mais il y avait aussi des pilotes du Venezuela, de l’Equateur, et même de Dubaï. C’est comme cela que j’ai commencé à voyager, car j’ai eu la chance de rouler sur des circuits internationaux : à Dubaï, en Hongrie ou encore au Portugal. Je crois que je me suis inspiré de toutes ces expériences pour écrire ce roman.   

Racontez-nous, ça fait quoi de piloter une voiture de course ? 

Ça fait du bien ! Ce sont des sensations incroyables ! Mais tout cela, toutes ces sensations et toutes ces histoires que j’ai peu vivre sont justement celles que je raconte dans mon livre « Derrière la visière ».

Alors, ce n’est pas un roman ? 

C’est un roman en effet, mais je me suis énormément basé sur des faits réels pour l’écrire.

D’accord… Nous reviendrons plus tard sur votre livre, mais avant, permettez-moi de parler encore un peu de cette année très spéciale : en quoi l’Ecole vous a-t-elle aidé pour réaliser ce projet de courir sur des voitures de course ? 

Pour plein de choses. Déjà, d’un point de vue technique, je pouvais comprendre facilement le langage des ingénieurs qui travaillaient avec moi.  Sur la photo par exemple, vous me voyez en train d’analyser des données après une séance d’essais : vitesses de passage en courbe, rapports de boîte, régimes moteur, pression de freinage, etc… L’Ecole m’a aussi aidé à trouver des partenariats. En cherchant bien sur les photos vous devriez trouver le logo de l’Ecole avec le petit hippocampe.

Donc ça, c’était votre première année de course automobile ? 

Oui, c’était l’année où je fus diplômé, en 2007. Dans le même temps je roulais sur ces petits bolides…

Et ensuite… ? 

Ensuite j’eu la chance de pouvoir évoluer sur des voitures plus puissantes : des prototypes comme aux 24h du Mans. Là aussi j’ai pu voyager, il y avait des courses en Espagne, au Portugal, en Allemagne où nous avons fini 2ème après une bataille acharnée pour la première place.  La photo a été prise au Castellet.

Pas trop dur de concilier un tel projet avec ses études… ? 

C’est du boulot, c’est sûr, et il faut se lever de bonne heure. Mais sincèrement, je souhaite à tous les jeunes de réaliser leur rêve ! C’est bête à dire, mais on n’a qu’une vie.

D’accord… Et maintenant, vous continuez ? Vous écrivez ?

Maintenant j’ai arrêté la course, mais je continue d’écrire. L’écriture a toujours été importante à mes yeux, même quand je courais. Je me souviens que j’avais un petit carnet que j’emportais toujours dans mes chambres d’hôtel, et de temps en temps je notais des choses qui me paraissaient dignes d’intérêt. C’est cela qui m’a permis ensuite de faire une histoire qui soit le plus proche possible de la réalité.

Parlez-nous de votre éditeur. 

La collection s’appelle « Signe de Piste ». C’est une collection qui publie des romans de jeunesse et scout depuis 1937, connue notamment grâce au dessinateur Pierre Joubert. Ce que j’aime c’est que c’est à destination des jeunes, il y a des illustrations, ce sont des aventures. Ils avaient déjà publié un livre sur la Formule 1 que j’avais adoré. Mais vous trouverez sûrement plein d’informations sur leur site www.carnet2bord.com  , sur lequel vous pouvez acheter le livre en cherchant « Derrière la visière ». Il y a aussi des photos et des vidéos sur mon propre site.

Le site de Rémi : https://lesaventures2remi3.wixsite.com/website/boutique 

13 vues Visites

1 J'aime

  • Automobile
  • auteur
  • Compétition
  • sport
  • Livre
Retours aux actualités

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Actualité des Groupes

Give me Five ! Devient un challenge centralien permanent, multisport

photo de profil d'un membre

François HAMY

16 octobre

2

Informations générales

Les Goodies #Centrale Nantes Forever

photo de profil d'un membre

Vanessa Le Garrec (admin)

28 août

Campus

Nouvelle formation à Centrale Nantes - Ingénieur Systèmes Embarqués communicants

photo de profil d'un membre

Vanessa Le Garrec (admin)

20 août